Soyez un guide pour votre compagnon

Ce n’est pas sans raison que j’ai choisis comme slogan pour Quoi ma truffe : « Soyez un guide pour votre compagnon ». Il révèle le choix d’une méthode d’éducation que j’affectionne beaucoup, qu’à l’époque je ne connaissais que très peu et que je ne prenais pas au sérieux. Bien plus qu’une méthode, c’est une philosophie de vie.  Pour ceux qui seraient novices en matière d’éducation canine, vous devez savoir qu’il y a plusieurs méthodes. Dans cet article je vais en distinguer deux, ce qui va permettre de comprendre pourquoi en choisir une plutôt qu’une autre.

La Méthode traditionnelle

La méthode dite traditionnelle, que l’on peut également appeler coercitive (donc qui agit par contrainte)  permet ,certes, d’obtenir des résultats rapides mais elle peut engendrer des dommages collatéraux  avec un chien qui finit par obéir par la peur d’une sanction ou d’une punition. On récompense le comportement souhaité et on sanctionne dans le cas contraire. C’est ce que l’on appelle une punition positive, c’est à dire ajouter quelque chose que le chien ne veut pas (laisse ou collier étrangleur, bruits qui font peur, utilisation de la force,…). Cette méthode utilise des colliers et laisses coercitifs (colliers étrangleurs ou électriques , laisses étrangleuses,… ) et se base sur la théorie de la dominance: une théorie actuellement dépassée et  contestée par de nombreux scientifiques qui étudient le chien bien plus qu’auparavant. Il s’agit de comparer le chien à un loup (chef de meute, alpha roll, …) et d’agir avec lui en conséquence : ne pas le laisser manger avant vous, ne pas le laisser monter dans le canapé et surtout ne pas le laisser dormir avec vous, … bref, la liste est longue. Votre chien ne cherche pas à vous dominer. Tout n’est qu’une question d’éducation et de règles de vie. J’ai appris à ma chienne à ne pas quémander lorsque nous sommes à table. Alors, que je lui donne à manger avant ou après, cela n’a pas d’ importance. Si votre chien tire en laisse, ne vous sentez pas obligé de lui faire subir le port d’un collier coercitif. Il existe d’autres manières de remédier à ce problème (voir « 3 alternatives positives au collier étrangleur » sur le blog Primitif Addict) . J’invite tous ceux qui croient encore en ce mythe qu’est la « dominance » à faire quelques recherches sur le sujet. Voici d’ailleurs un article très intéressant à lire : « Histoire de la théorie de la dominance…et quelques idées reçues ».

La méthode positive

Ensuite, il y a la méthode douce aussi appelée positive. Ici il s’agit de demander au chien de FAIRE quelque chose et de mettre en action ses propres capacités, de le faire réfléchir. Comme je le disais plus haut, c’est une philosophie, une manière de vivre avec son chien. C’est une méthode basée sur l’encouragement, la motivation et le plaisir dans le but de construire une relation de confiance entre un chien et son humain. Grâce au renforcement positif, on augmente la probabilité qu’un comportement se reproduise avec des plaisirs et des gratifications. Grâce à la punition négative, on augmente la probabilité qu’un comportement disparaisse ou ne se reproduise pas. Dans notre vie quotidienne, nous sommes toujours plus motivés lorsque nous recevons des gratifications/récompenses que si nous souhaitons juste éviter une sanction ou un désagrément. C’est pareil pour votre chien ! Le maître n’est plus un dominant mais devient un guide qui stimule le chien. C’est une méthode où tout objet coercitif est proscrit! C’est tout simplement une méthode moderne qui est le fruit de nombreuses études effectuées ces cinquante dernières années. Ici, c’est au maître à se remettre en question constamment … et c’est peut-être ce qui gène autant de gens. La remise en question n’est pas toujours chose facile!

Faite le meilleur choix pour vous et  votre compagnon

Lorsque je parle de la méthode positive, j’ai toujours droit à ce genre de commentaires :
– « ça a marché avec mes chiens. »
– « ça n’a jamais tué un chien. »
– « Mon chien est heureux ».
– « Mon chien en a besoin et je sais ce qui est bien pour lui. »

C’est certain, agir avec votre chien en le prenant pour un loup (donc selon une théorie dépassée et réfutée) ne le tuera pas et ne le rendra pas forcément malheureux. Mais prenez le temps de vous poser ces quelques questions :

  • Comment considérez-vous votre chien?
  • Quel genre de chien voulez-vous à la maison (chien de famille, chien de garde,…) ?
  • Un chien heureux, c’est quoi ?
  • Une méthode qui marche est-elle bien pour autant ?

Chacun d’entre vous répondra différemment à ces questions. Selon vos réponses vous verrez par vous même si vous avez fait le bon choix pour lui, et même pour vous !

 

Illustration des deux méthodes. Merci à Margaux pour l’image